👁 Templarisme : La Charte Larménius une référence en matière de faux, pierre angulaire du Templarisme

La Charte prétendument écrite par Jean-Marc Larménius , inconnu des historiens, mais commandeur de Jérusalem au XIV ème siècle pour les Templaristes Ledru et Fabré-Palaprat, est une référence en matière de faux en écriture.


L'Ordre du Temple de l'an 1118 était composé de moines soldats Catholiques au service du Pape et sous son commandement suprême, et cet ordre est resté Catholique jusqu'a sa dissolution par le Pape Clément V le 22 mars 1312. Les Templiers furent victimes d'une machination ourdie par le roi Philippe le bel, et le Pape fut impuissant à les sauver. A partir de 1804, encouragé par Napoléon Bonaparte et grâce à Fabré-Palaprat et sa charte de 'Larménius', naquit le Templarisme. Malheureusement très vite certains membres de ce nouveau courant de pensée se laissèrent aller à des digressions farfelues, et, des thèses fumeuses apparurent dans ce monde très fermé. A partir des années 1950 avec le néo-Templarisme ces thèses fumeuses se transformérent en dérives ésotériques délirantes ( Prieuré de Sion, Da Vinci Code, Marie-Magdala, Rose line, les Mérovingiens, etc ).


La Charte Larménius : une référence en matière de faux

Cette légende propagée par l'abbé Grégoire raconte que Jean-Marc Larménius, commandeur de Jérusalem, aurait été désigné par Jacques de Molay comme futur Grand-Maître ! Notons quand même que en 1307, les Chrétiens qui avaient été chassés de Jérusalem par les Musulmans depuis l'année 1187, n'étaient plus présents dans cette ville depuis 120 ans. Pourquoi dans ces conditions y aurait-il eut un gouverneur chrétien à Jérusalem !!!
Donc, d'après cette charte 'Larménius', l'Ordre serait resté dans l'ombre jusqu'en 1804 avec la résurgence officielle initiée par Fabré-Palaprat, Chevillon et Ledru. Cette année là, l'ordre du Temple, avec Fabré-Palaprat comme Grand Maitre est autorisé par l'Empereur Napoléon 1er. De nombreux maçons de la loge Sainte-Caroline rejoignent cette nouvelle association Templière.
La charte Larménius une référence en matière de faux En 1808, à son apogée, les Chevaliers de l'Ordre du Temple, au nombre de 200, feront une procession remarquée, à cheval et avec l'habit blanc frappé d'une croix rouge, en direction de l'église Saint-Paul de Paris. Ce sera la plus grande - et l'unique - grande manifestation de l' Ordre du Temple restauré. Fabré-Palaprat prétend alors avoir retrouvé un document la “Carta Transmissionis” ou Charte Jean-Marc Larmenius, qui établit une liste des 22 Grands Maîtres ayant succédé à Jacques de Molay . Etait-ce un document authentique ou un faux écrit par Fabré-Palaprat ? De nos jours tous les historiens et scientifiques s'accordent pour déclarer que tous les documents produits dans cette affaire par Fabré-Palaprat ont été confectionnés par ses soins ou par ceux de ses complices.
L'encre, la calligraphie, la paléographie, l'épaisseur du parchemin, en témoignent. Il est vrai également que Larmenius est un Nom qui ne figure dans aucune pièce du procès des Templiers. Reconnaissons toutefois à Fabré-Palaprat, qui était par ailleurs un franc-maçon très actif, de réelles qualités d'ésotériste, même si Daniel Ligou, dans son dictionnaire de la Franc-Maçonnerie, le qualifie de remarquable fantaisiste.
La bibliothèque de Reims possède à ce sujet un document remarquable, si vous désirez le télécharger cliquez ICI

En effet, le document Larmenius, au delà d'un simple faux, doit être perçu comme une réelle tentative de réalisation constructive pour atteindre un objectif spirituel. Factuellement, de nombreux courants maçonniques revendiquent, même symboliquement, une origine Templière. De nombreux "hauts" grades maçonniques font d'ailleurs explicitement référence à l' Ordre du Temple , notamment dans le Rite Ecossais Ancien & Accepté et dans le Rite Ecossais Rectifié. Les documents du fonds Fabré-Palaprat sont conservés à la Bibliothèque Nationale (dépôt Vernois) où ils ont été déposés en 1871 et la Charte Larmenius quant à elle, est actuellement conservée à Londres. Tous les historiens et scientifiques ayant étudié ces documents s'accordent pour qualifier cette thèse de farfelue et les documents produits pour l'étayer comme des faux . Il faut noter pour l'ensemble de "l'oeuvre" Palaprat-Larmenius, que sa filiation directe en est réellement éteinte. Son dernier conseil s'est déroulé le 12 Mars 1841, après s'être divisée en 2, voire 3 Branches dès 1838. Divers courants se réclament aujourd'hui de l'héritage Templier de Fabré-Palaprat.
En 1945 s'est créé un Ordre Souverain et Militaire du Temple de Jérusalem basé à Paris. Antonio Campello Pinto de Sousa Fontes, détenteur des archives de la branche belge issue de l'Ordre du Temple de Fabré-Palaprat, fonde l'OSMTJ (Ordre Souverain et Militaire du Temple de Jérusalem).
En février 1960 Fernando Campello Pinto Pereira succède à son père à la tête de l'OSMTJ.
En 1970 scission au sein de l'OSMTJ Fernando Campello Pinto fonde l'Ordo Supremus Militaris Templi Hierosolymitani à Porto au Portugal.


page consacrée à Larménius


retour en haut de la page consacrée à Larménius