👁 Templarisme : La Charte LarmĂ©nius une rĂ©fĂ©rence en matiĂšre de faux

   La Charte prĂ©tendument Ă©crite par LarmĂ©nius    


L'Ordre du Temple de l'an 1118 Ă©tait composĂ© de moines soldats Catholiques au service du Pape et sous son commandement suprĂȘme, et cet ordre est restĂ© Catholique jusqu'a sa dissolution par le Pape ClĂ©ment V le 22 mars 1312. Les Templiers furent victimes d'une machination ourdie par le roi Philippe le bel, et le Pape fut impuissant Ă  les sauver.
A partir de 1804, encouragé par Napoléon Bonaparte et grùce à Fabré-Palaprat et sa charte de Larménius, le Templarisme apparut comme par magie. Malheureusement trÚs vite, des thÚses fumeuses apparurent dans ce monde trÚs fermé.
A partir des années 1950 avec le néo-Templarisme ces thÚses se sont transformées en dérives ésotériques délirantes ( Prieuré de Sion, Da Vinci Code, Marie-Magdala, les Mérovingiens, etc ).


La Charte Larmenius : une référence en matiÚre de faux

Cette lĂ©gende propagĂ©e par l'abbĂ© GrĂ©goire raconte que LarmĂ©nius, commandeur de JĂ©rusalem, aurait Ă©tĂ© dĂ©signĂ© par Jacques de Molay comme futur Grand-MaĂźtre ! Notons quand mĂȘme que en 1307 les ChrĂ©tiens, qui avaient Ă©tĂ© chassĂ©s de JĂ©rusalem par les Musulmans depuis l'annĂ©e 1187, n'Ă©taient plus prĂ©sents dans cette ville depuis 120 ans. Pourquoi dans ces conditions y aurait-il eut un gouverneur chrĂ©tien Ă  JĂ©rusalem !!!
Donc, d'aprÚs cette légende l'Ordre serait alors resté dans l'ombre jusqu'en 1804 avec la résurgence officielle initiée par Fabré-Palaprat, Chevillon et Ledru. Cette année là, l'ordre du Temple , avec Fabré-Palaprat comme Grand Maitre est autorisé par l'Empereur Napoléon 1er. De nombreux maçons de la loge Sainte-Caroline rejoignent cette nouvelle association TempliÚre.
La charte LarmĂ©nius une rĂ©fĂ©rence en matiĂšre de faux En 1808, Ă  son apogĂ©e, les Chevaliers de l'Ordre du Temple, au nombre de 200, feront une procession remarquĂ©e, Ă  cheval et avec l'habit blanc frappĂ© d'une croix rouge, en direction de l'Ă©glise Saint-Paul de Paris. Ce sera la plus grande - et l'unique - grande manifestation de l' Ordre du Temple restaurĂ©. FabrĂ©-Palaprat prĂ©tend alors avoir retrouvĂ© un document la “Carta Transmissionis” ou Charte Larmenius, qui Ă©tablit une liste des Grands MaĂźtres ayant succĂ©dĂ© Ă  Jacques de Molay . Etait-ce document authentique ou inventĂ© par FabrĂ© ? Il est fort probable que tous les documents produits par FabrĂ©-Palaprat aient Ă©tĂ© confectionnĂ©s par ses soins ou par ceux de ses complices dans cette affaire.
L'encre, la calligraphie, la palĂ©ographie, l'Ă©paisseur du parchemin, en tĂ©moignent. Il est vrai Ă©galement que Larmenius est un Nom qui ne figure dans aucune piĂšce du procĂšs des Templiers. Reconnaissons toutefois Ă  FabrĂ©-Palaprat, qui Ă©tait par ailleurs un franc-maçon trĂšs actif, de rĂ©elles qualitĂ©s d'Ă©sotĂ©riste, mĂȘme si Daniel Ligou, dans son dictionnaire de la Franc-Maçonnerie, le qualifie de remarquable fantaisiste.
La bibliothÚque de Reims possÚde à ce sujet un document remarquable, si vous désirez le télécharger cliquez ICI

En effet, le document Larmenius, au delĂ  d'un simple faux, doit ĂȘtre perçu comme une rĂ©elle tentative de rĂ©alisation constructive pour atteindre un objectif spirituel. Factuellement, de nombreux courants maçonniques revendiquent, mĂȘme symboliquement, une origine TempliĂšre. De nombreux "hauts" grades maçonniques font d'ailleurs explicitement rĂ©fĂ©rence Ă  l' Ordre du Temple , notamment dans le Rite Ecossais Ancien & AcceptĂ© et dans le Rite Ecossais RectifiĂ©. Les documents du fonds Palaprat sont conservĂ©s Ă  la BibliothĂšque Nationale (dĂ©pĂŽt Vernois) oĂč ils ont Ă©tĂ© dĂ©posĂ©s en 1871 et la Charte Larmenius quant Ă  elle, est actuellement conservĂ©e Ă  Londres. Tous les historiens et scientifiques ayant Ă©tudiĂ© ces documents s'accordent pour qualifier cette thĂšse de farfelue et les documents produits pour l'Ă©tayer comme des faux . Il faut noter pour l'ensemble de "l'oeuvre" Palaprat-Larmenius, que sa filiation directe en est rĂ©ellement Ă©teinte. Son dernier conseil s'est dĂ©roulĂ© le 12 Mars 1841, aprĂšs s'ĂȘtre divisĂ©e en 2, voire 3 Branches dĂšs 1838. Divers courants se rĂ©clament aujourd'hui de l'hĂ©ritage Templier de FabrĂ©-Palaprat.
En 1945 s'est créé un Ordre Souverain et Militaire du Temple de Jérusalem basé à Paris. Antonio Campello Pinto de Sousa Fontes, détenteur des archives de la branche belge issue de l'Ordre du Temple de Fabré-Palaprat , fonde l'OSMTJ (Ordre Souverain et Militaire du Temple de Jérusalem).
En fĂ©vrier 1960 Fernando Campello Pinto Pereira succĂšde Ă  son pĂšre Ă  la tĂȘte de l'OSMTJ.
En 1970 scission au sein de l'OSMTJ Fernando Campello Pinto fonde l'Ordo Supremus Militaris Templi Hierosolymitani Ă  Porto au Portugal.


retour en haut de page