❈ Religions : Histoire de l'Egrégore

Egrégore : l’énergie cohérente et collective d’une pensée unifiée


En latin, egregius signifie « remarquable, illustre, exceptionnel ». Cependant, c'est dans le grec ancien qu'il faut chercher l'étymologie et la logique du vocable égrégore. Celui-ci s'entend aussi bien dans έγρήγορα (égrègora), parfait d'έγείρω, faire lever, éveiller, réveiller, que dans le verbe dérivé έγρηγοράω (égrègoraô), être éveillé, ou le substantif féminin έγρήγορσις ,εως (égrègorsis), veille, ou encore les adverbes έγρήγορότως (égrègorotôs) et έγρηγορτι (égrègorti), signifiant tous deux en veillant.

égrégore Le terme égrégore apparaît en 1857 dans la langue Française sous la plume de Victor Hugo dans La Légende des siècles ( L'Italie - Ratbert ). Encore une fois cette notion apparait durant l'époque bénie du Templarisme. La très large diffusion du poème au XIX ème siècle assure la pérennité du mot qui aurait pu rester un hapax poétique nécessité par une rime avec mandragore.

À la graphie créée par Victor Hugo s’ajoute la variante eggrégore mais on trouve aussi des graphies pseudo latinisantes comme egrigor ou égrigore. Un égrégore (ou eggrégore) est, dans l'ésotérisme, un concept désignant un esprit de groupe influencé par les désirs communs de plusieurs individus unis dans un but bien défini. Cette force a besoin d'être constamment alimentée par ses membres au travers de rituels établis et définis. égrégore Factuellement l’Égrégore ne se rencontre que dans les sociétés initiatiques et se définit comme une « entité spiritueuse » issue d’un travail commun, et de la conscience collective. L’égrégore traduit l’essence de ce que l’esprit du groupe doit révéler, c’est-à-dire l’énergie cohérente et collective d’une pensée unifiée. Il s’agit d’une Communion spirituelle partagée. Elle se révèle notamment avec une grande force, après l’invocation de clôture d'un chapitre ou d'un atelier, dans la Chaîne d’union qui regroupe les frères et soeurs formant le cercle, mains enlacées, pour évoquer le lien indéfectible qui les unit.

Le terme, apparu dans la tradition hermétiste, a été repris par les métaphysiciens qui l'ont chargé d'un fort potentiel subversif.


retour en haut de la page consacrée à l'égrégore