Templiers

Histoire extraordinaire des Templiers, de la création de l'Ordre en 1118 à son abolition en 1312. Cet Ordre sera pendant deux siècles au service des Chrétiens d'Occident et d'Orient, puis sera exterminé par le roi Philippe IV le Bel en 1307.

Un début flamboyant

A la fin du XI ème siècle le système féodal prévaut partout en Europe, chez les seigneurs c'est l'ainé qui hérite de tous les biens de son père afin de ne pas morceler les fiefs. Nombreux sont donc les chevaliers sans terres ni biens, ce qui provoquent des batailles incessantes car les cadets n'ont rien à perdre ! cette époque d'une rare instabilité est caractérisèe par une absence de progrès scientifique et social. Donc en 1095 quand le nouveau Pape Urbain II arrive en France pour expliquer que les Turcs bloquent l'accès aux lieux Saints à Jérusalem depuis 22 ans, et qu'il serait peut-être temps de remédier à cet état de fait, son message reçoit immédiatement un écho favorable. Les seigneurs installés et les rois y voyant une occasion de se débarrasser des "sans terres" à moindre frais !
C'est dans ce contexte qu'une multitude de chevaliers "sans terres" se coaliseront pour partir au proche orient pour délivrer Jérusalem mais aussi pour acquérir des terres nouvelles ! Il faut cependant noter que beaucoup de seigneurs installés partiront également en croisade. Pendant près de deux siècles il y aura une présence occidentale chrétienne au proche orient, beaucoup de croisés resteront sur place pour y fonder les États latins d'Orient, les hospitaliers veilleront à la santé des pélerins, les Templiers et les Teutoniques assureront la sécurité de ces états latins. Les Templiers sont des croisés qui firent don de leur corps et de leurs biens à l'Ordre du Temple qui était dévoué au Pape. Les Templiers ne rendaient compte qu'au Pape ! Très vite l'Ordre du Temple fut très riche du fait des innombrables donations faites par les seigneurs installés, ces biens étant d'autre part très bien administrés par les Templiers l'Ordre fut en mesure de soutenir l'effort de guerre jusqu'à la fin de leur présence au proche orient. Dès 1250 les rois et seigneurs occidentaux se rendirent à l'évidence qu'il leur faudrait engager des ressources matérielles et humaines colossales pour garder les États latins d'Orient. A compter de cette date, ils se désengagérent progressivement et abandonnérent les chrétiens des États latins d'Orient à leur triste sort ! Hospitaliers Teutoniques et Templiers résisteront encore quelques décennies à 1 contre 4, puis à 1 contre 10, mais sans nouvelles recrues leur sort était scellé. En 1291 les Templiers les Hospitaliers et les Teutoniques furent définivement battus, submergés par les Musulmans les survivants se repliérent sur Chypre et sur leurs pays d'origine.
Il convient de noter que le retour de ces vaillants soldats ne posa aucun problème en Castille en Aragon au Portugal en Angleterre en Ecosse dans le Saint Empire Germanique en Bohème en Autriche en Bavière en Hongrie dans les royaumes de Pise de Naples de Sicile d'Este etc.... Le seul pays ou le retour des Templiers posa problème fut : la France !

Une fin pitoyable

Dès 1292, Philippe IV le Bel prit ombrage de cet ordre très riche qui ne rendait compte qu'au Pape. Comme il était cupide il décida de s'approprier les biens des Templiers dès 1293, il faut dire qu'il s'était déjà fait la main sur les Lombards qu'il avait expulsé du royaume après les avoir volé, puis sur les Juifs qu'il avait spolié puis chassé du royaume. Comme l'effort de guerre n'était plus de mise, les Templiers qui continuaient à gérer leurs biens avec brio devenaient de plus en plus riches ! Il convient également de signaler qu'ils étaient très nombreux et très bien armés sur le territoire Français, ce qui n'était pas de nature à rassurer le roi. Le clergé Français, d'autre part détestait cet Ordre qu'il ne pouvait contraindre car ce dernier n'obéissait qu'au Pape ! Malheureusement le Pape de l'époque Clément V avait été mis en place par le roi de France. En 1295 le grand maitre Jacques de Molay espérait retourner au proche orient et négociait un accord avec les Mongols. Jacques de Molay était un homme du passé, il ne s'était pas apperçu que la France avait changé, les us et coutumes en vigueur en l'an 1100 avaient disparu, le respect d'un serment ou d'une signature n'était plus à la mode, les Templiers découvraient ce mode de fonctionnement avec un certain dégout.
De 1295 à 1305 Philippe IV le Bel ourdit une machination visant à rendre impopulaires ces Templiers, et pire encore ! Le clergé Français revanchard prit toute sa part dans cette ignominie, mais les Papes Boniface VIII puis Benoit XI résistérent aux pressions du roi de France Philippe IV le Bel. Malheureusement pour les Templiers en 1305 Philippe le Bel réussit à faire élire "son Pape" Clément V ce qui ruina les espoirs des Templiers, Jacques de Molay comprit à ce moment que l'Ordre était en très mauvaise posture. le Pape Clément V quant à lui résista un moment aux assauts de celui à qui il devait tout 'Philippe le Bel' mais de guerre lasse, fatigué par sa maladie et sans réels moyens il finit par abandonner les Templiers aux mains des bourreaux du roi. Malédiction reprise par les historiens et les écrivains
Les lettres d'arrestation furent scellées le 14/09/1307, elles ordonnaient à tous les baillis et sénéchaux d'arreter tous les Templiers de leur circonscription. Le 22/09/1307 Guillaume de Paris inquisiteur et confesseur du roi faisait parvenir des réquisitions à tous les baillis et sénéchaux pour arreter tous les Templiers.
La suite vous la connaissez les Templiers furent accusés à tort de choses que le peuple ne pouvait ni comprendre ni accepter, ils furent arrêtés, torturés pendant des années et les derniers dignitaires de l'Ordre brulés vifs sur l'ile aux Juifs le 18 mars 1314. Avant leur arrestation le Vendredi 13 octobre 1307 ( qui fut la plus grande opération policière de tous les temps ) les Templiers eurent cependant le temps d'organiser la sauvegarde de leur trésor et de leurs archives, si bien que le roi ne s'empara de rien hormis les biens immobiliers. Les hospitaliers héritérent de quelques commanderies le reste étant vendu au profit du trésor royal.
Cette triste histoire des Templiers en rappelle bien d'autres qui jalonnèrent l'histoire de l'humanité, des hommes de foi intégres qui ne renient pas leur serment contrairement à d'autres hommes plus souples dans l'interprétation de leurs engagements et toujours prêts à justifier leurs actes même s'ils sont injustifiables.
C'est également l'histoire d'un chef, Jacques de Molay, dont le moins que l'on puisse dire, c'est qu'il ne fut pas visionnaire. Manquant d'imagination et piètre statége, Jacques de Molay commandait un Ordre qui avait failli à sa mission devenue une "mission impossible" au Proche Orient. Jacques de Molay n'a pas compris que le roi de France voulait dissoudre cet Ordre qu'il percevait comme un danger pour le pouvoir royal. En refusant la proposition royale de fusionner l'Hopital et le Temple, avec comme seul argument que seul le Pape pouvait ordonner au Temple, Jacques de Molay condamnait à mort le Temple, mais ce faisant Jacques de Molay respectait le serment du Temple fait à la Papauté. Il n'a jamais cru que le Pape laisserait faire le roi sans réagir et qu'il abandonnerait le Temple qui avait toujours été fidèle à la Papauté, mais les roues de l'histoire avaient tourné !
Le Pape n'avait qu'un seul pouvoir, celui d'excommunier, mais les Rois depuis bien longtemps ne se souciaient plus d'être excommuniés ! Autres temps autres moeurs !


retour en haut de la page consacrée à l'histoire des Templiers