✠ Templiers : L'Ordre du Temple, un Ordre Militaire et Religieux médiéval créé en 1118


L'Ordre du Temple, une milice de chevaliers chrétiens installée à ses débuts dans le dôme du rocher, l'ancien Temple du roi Salomon à Jérusalem. Créé en l'an 1118 il était composé de moines soldats Catholiques au service du Pape et sous son commandement suprême. Cet ordre est resté Catholique jusqu'a sa dissolution par le Pape Clément V le 22 mars 1312. Les Templiers furent victimes d'une machination ourdie par le roi Philippe IV le Bel, et le Pape fut impuissant à les sauver. A partir de 1804, encouragé par Napoléon Bonaparte et grâce à Fabré-Palaprat, le Templarisme fut remis au goût du jour. Malheureusement très vite, des thèses fumeuses apparurent dans ce monde très fermé. A partir des années 1950 avec le néo-Templarisme ces thèses se sont transformées en dérives ésotériques délirantes ( Prieuré de Sion, Da Vinci Code, Marie-Magdala, les Mérovingiens, etc ).


L'Ordre du Temple, un ordre religieux et militaire aux XII ème, XIII ème et XIV ème siècle

La religion omni-présente dans la vie quotidienne au moyen-âge

L'Eglise joue un rôle primordial au sein des sociétés occidentales du moyen-âge. En France, la religion Catholique est omniprésente dans la vie quotidienne : de la naissance par le baptême, du mariage devant Dieu et de la mort lavé de tous péchés. La confession au prêtre est hebdomadaire. La vie quotidienne et le travail sont réglés sur les cloches des églises. Le Chrétien doit assurer le salut de son âme par des bonnes actions et des pèlerinages ( se rendre à pied vers des lieux saints comme Jérusalem ou Saint-Jacques de Compostelle en Espagne ). Le Chrétien craint l'Enfer et le Diable, la délation auprès de l'église est le sport national. Seules les théories véhiculées par l'église ont droit de cité, le reste n'est qu'hérésie ! Les fêtes Chrétiennes rythment l'année ( Noël, Pâques, etc ). Les hommes d'Eglise sont appelés clercs ( membres du clergé ) : ils doivent être célibataires ( ils appartiennent corps et âme à Dieu ). L'église est un lieu sacré et inviolable qui se situe au centre de tous les villages et sa cloche rythme le temps qui passe. Les curés dirigent leurs paroisses ( ancêtres des municipalités qui seront créés en 1792 ). La religion est le systéme d'exploitation des peuples au moyen-âge en Europe, et, c'est sur ce système que les royautés s'appuyent pour gouverner, ce système d'exploitation deviendra obsoléte au XIX ème siècle et il sera remplacé par les partis politiques. Ces mêmes partis politiques qui sont en fin de vie de nos jours et qui seront remplacés à leur tour par ...

En 1073, les Musulmans interdisent l'accès des lieux Saints aux Chrétiens

Vous devez savoir que de l'an 600 à l'an 1000 les pélerinages Chrétiens en Terre Sainte se sont succédés même s'ils étaient très risqués, ce risque faisait partie du tribut à payer pour le salut de l'âme du pélerin. A partir de l'an 1000 et avec le regain religieux succité par le passage à un autre millénaire, les pélerins se firent plus nombreux et mieux organisés en matière de défense armée de leurs cortèges. Il y eut donc de nombreuses petites Croisades avant celle de 1096, ou plus exactement de nombreux pélerinages armés. Tous ces pélerinages étaient encadrés par des armées de soldats afin d'éviter les pillages perpétrés par les populations des territoires traversés. De l'an 600 à l'an 1073 le pélerinage achevé, le pélerin Chrétien revenait toujours dans son pays d'origine, et aucun ne s'installa au Proche Orient. Tout changera en 1073 quand les Turcs interdiront les pélerinages en Terre Sainte, et c'est cette interdiction qui générera la première Croisade.

De 1073 à 1095 les Papes exhortent les seigneurs occidentaux à délivrer les lieux Saints

Pendant 14 années, les Papes Grégoire VII et Victor III sillonneront les royaumes d'occident afin de sensibiliser les rois et les seigneurs à l'urgence de délivrer les lieux Saints. Mais leur travail ne sera pas couronné de succès. Les rois et les seigneurs d'occident ne se pressent pas particulièrement pour agir selon le souhait des Papes. En 1088 le Pape Urbain II est élu et son premier travail consiste à analyser les travaux stériles de ses deux prédécesseurs, pour en tirer les enseignements. De 1088 à 1095 il sillonnera à son tour tout l'occident pour délivrer son message mais cette fois la démarche sera plus réfléchie. Il reprendra la réforme initiée par son prédecesseur afin de la terminer puis, il mettra en avant cette réforme necessaire de l'église ( pour que cette dernière soit moins pompeuse et plus proche des pauvres : c'est "la réforme Grégorienne" ). Le message de délivrance des lieux Saints clôturera discrétement cette réforme tant attendue par le peuple. De l'année 1088 à l'année 1095 ce Pape reprendra son bâton de pélerin pour présenter la réforme Grégorienne dans tous les royaumes d'occident, il pourra ainsi constater que celle-ci reçoit un écho favorable dans la population. Durant cette période, la démographie explose en occident, et comme la loi salienne s'applique partout en europe, une multitude de seigneurs sans terres et de chevaliers désargentés se querellent en permanence depuis plusieurs décennies.
Lors du discours de clôture du concile de Clermont en 1095, le Pape Urbain II rusé en fit un résumé habile prononcé sur le parvis de la cathédrale. En fin de discours, et pour conclure sur la réforme, il évoqua l'interdiction faite aux Chrétiens par les Musulmans d'accéder aux lieux Saints depuis plus de vingt années, il exhorta les seigneurs à arrêter leurs querelles stériles, il les supplia de mettre leur énergie au service de Dieu en prenant les armes pour délivrer Jérusalem ! La population acclama ce discours, et, les seigneurs ne purent faire autrement que d'emboiter le pas au peuple ! C'est au cri de "Dieu le veut" que naquit cette rébellion contre les Musulmans, il ne restait plus qu'à trouver un organisateur à la hauteur de ce projet ! Le Pape Urbain II venait de réussir un coup de maitre, il avait réussi seul en 7 années, ce que deux Papes avant lui n'avaient pas réussi en 15 années ! L'organisateur de ce grand projet arrivera par miracle, et ménera à bien cette croisade, cet homme providentiel s'appelle Godefroy de Boulogne "dit de Bouillon" et contrairement à la légende qui le voudrait natif de Baisy en Belgique, il est né dans le chateau du comte de Boulogne à Boulogne sur mer .

Si vous désirez savoir pourquoi les Belges ont fabriqué cette légende " Godefroy de Bouillon né en Belgique"      
Le message du Pape reçoit donc un écho favorable des "sans terres" et des seigneurs "héritiers" les uns voyant un moyen de s'approprier des nouvelles terres les autres un moyen de se débarrasser des "sans terres" à moindre frais. Au proche Orient ces "sans terres" sont assurés s'ils battent les Musulmans d'avoir de nouveaux territoires et de pouvoir vivre selon leurs rangs.
Godefroy IV de Basse Lotharingie, naquit en 1057 à Boulogne sur mer. Il est le deuxième fils d’un riche seigneur flamand "Eustache II -Aux Grenons- comte de Boulogne" et d’une wallonne Ida de Lotharingie (Lorraine), héritière de Bouillon (Ardennes, Belgique), et des ducs de Basse-Lotharingie .
Godefroy de Bouillon est un descendant de Charlemagne, et, comme son illustre ancêtre, un personnage extraordinaire. Il appartient à un clan de ducs, comtes et évêques, groupe aristocratique qui gouverne la Lotharingie depuis l'an 950. Comme il ne pouvait hériter des terres et titres de son père car deuxième fils, sa mère confia son éducation de chevalier à son oncle Godefroy III le Bossu à Bouillon (Belgique). À la mort de ce dernier (qui n'avait pas d'héritier), Godefroy hérite de ses titres d'ou son surnom "Godefroy de Bouillon". Toutefois, si l'empereur germanique lui concède le marquisat d’Anvers (1076), il lui interdit en sa qualité de roi de Germanie, le titre de duc de Basse-Lotharingie comme le souhaitait son oncle dans son testament. Godefroy se range néanmoins fidèlement au côté d'Henri IV dans la lutte d'investiture qui oppose l'empereur germanique et le pape Grégoire VII, et entre dans Rome les armes à la main. Pour le récompenser de ses fidèles et loyaux services, l'empereur germanique lui accorde finalement le titre de Duc de Basse-Lotharingie en 1087. Il règne désormais sur le duché de Brabant, le comté de Hainaut, le duché de Limbourg, le comté de Namur, le duché de Luxembourg et une partie du comté de Flandre.

Mais il tombe très gravement malade peu de temps après cette expédition à Rome, il y voit un signe du Très-Haut, et il fait le vœu, pour réparer ses torts, d'aller défendre les Chrétiens d'Orient s'il guérit.

Il guérira miraculeusement et tiendra parole !

Sans Godefroy de Bouillon, il y a fort à parier que la première Croisade n'aurait jamais démarré en 1096, car les seigneurs ne se hâtaient pas particulièrement pour prendre les dispositions visant à délivrer les lieux Saints et libérer les Chrétiens d'Orient. C'est donc cette maladie dont Godefroy de Bouillon faillit mourir, mais dont il réchapa par miracle qui fut le point de départ de la première grande Croisade. Tous les seigneurs d'Angleterre, du nord de la France et de Basse-Lotharingie furent contraints de suivre Godefroy de Bouillon dans son entreprise hasardeuse. En 1096 les pélerins repartiront en pélerinage vers Jérusalem et seront accompagnés par des hommes armés décidés à reprendre les lieux Saints, l'ampleur de cette coalition sera telle que tous les historiens s'accordent pour qualifier cet événement de première Croisade.

La grande pérégrination, encore appelée Première Croisade, organisée et dirigée par Godefroy de Bouillon

Lassés des tergiversations des seigneurs pour organiser la reconquéte des lieux Saints, et encouragés par les déclarations du Pape en Novembre 1095, les pauvres décident de partir seuls pour Jérusalem. Inconscients des dangers qui guettent cette croisade mal préparée, ils partent persuadés que leur foi suffira à vaincre les Musulmans .
Le 08 mars 1096 Départ d’une « armée de pèlerins » d'avant garde de 15 000 hommes conduite par 'Pierre l’Ermite' et 'Gautier sans avoir'.
Le 12 avril 1096 Pierre l’Ermite arrive à Cologne.
Le 20 mai 1096 Massacre des Juifs à Mayence par l’avant garde de pèlerins.
Le 06 juillet 1096 Concile de Nîmes encourageant le comte de Toulouse à prendre la tête d’une expédition pour rejoindre Godefroy de Bouillon à Constantinople.
Le 06 juillet 1096 Prise et massacre de Sembin (Hongrie) par l’avant garde de pèlerins conduite par Pierre l’Ermite.
Le 06 juillet 1096 Prise et pillage de Belgrade par l’avant garde de pèlerins conduite par Pierre l’Ermite. Quelques jours plus tard, une armée de Serfs descendue du nord rejoint celle de Pierre l'Ermite.
Le 01 août 1096 Pierre l’Ermite et l’avant garde de pèlerins arrivent à Constantinople.
Le 02-06 août 1096 Pillages des alentours de Constantinople par l’armée de pèlerins qui compte à présent 25 000 hommes et qui est conduite par Pierre l’Ermite.
Le 07 août 1096 L'Empereur Alexis 1er prend peur devant cette armèe de gueux, et, pour se débarrasser de ce cadeau fort encombrant à gérer, suggère perfidement à Pierre l’Ermite de traverser le Bosphore afin que son armèe puisse tranquillement attendre la grande armèe de Godefroy. Alexis 1er savait fort bien que les pélerins n'attendraient pas, et cette fourberie fonctionna à merveille.
Le 10 août 1096 L’avant garde « populaire » qui compte désormais 25 000 hommes se dirige vers Nicée. Elle remporte quelques victoires faciles.
Le 29 septembre 1096 Défaite des survivants de l’avant garde de pèlerins près de Civitot. Civitot est un campement militaire, situé à moins d’une journée de marche de Nicée, alors aux mains du sultan seldjûqide de Rum Kilij Arslan. Sensible aux conseils du basileus Alexis Ier, Pierre l'Ermite tente de convaincre les Croisés d'attendre les barons, mais il perd le contrôle de la foule qui, croyant que la foi seule suffit à remporter à la victoire, s'attaque aux territoires turcs tout proches. Ils seront presque tous massacrés. 4 000 survivants se barricaderont dans la forteresse de Civitot. Ils seront rappatriés par la marine Byzantine et ramenés à Constantinople pour y attendre la véritable armée de Godefroy de Bouillon.
Cette Croisade est constitutée de 5 armées, et la couleur de leurs croix est la suivante :
La croix des Lotharingiens est de couleur verte celle des Français est rouge celle des Germains est noire celle des Italiens est jaune tandis que celle des Anglais est blanche.

La 1 ère armée, est commandée par Godefroy de Bouillon, elle regroupe les Lotharingiens, la majorité des Flamands, une partie des germains, une partie des Anglais. Le 15 août 1096 à Boulogne sur Mer, départ de l'armée de Godefroy de Bouillon pour la première Croisade.
La 2 ème armée, des Français du centre dirigée par Hugues de Vermandois, frère du roi de France Philippe 1er (le roi ne peut y participer car il a été excommunié) quitte Paris le 20 Aout 1096.
La 3 ème armée, des Français de l'Ouest sous la direction de Robert Courteheuse quitte Rouen le 28 Aout 1096, il est accompagné de son oncle Odon, de ses beaux frères Alain Fergent comte de Bretagne et Etienne, comte de Blois et de Chartres. Il convient de noter qu'une autre partie de l'armée Anglaise accompagne Robert Courteheuse.
La 4 ème armée, des Français du Midi sous les ordres du comte de Toulouse, Raymond IV de St Gilles, accompagné par le légat du Pape quitte Toulouse le 17 Septembre 1096.
La 5 ème armée quitte Palerme début Octobre 1096 sous le commandement du prince normand Bohémond de Tarente (les croisés de cette armée portent une croix jaune).
Le 15 Septembre 1096 Les armées de Godefroy de Bouillon pillent Selymbria, ville de Thrace située sur la rive nord de la mer de Marmara, à l'ouest de Constantinople, point stratégique important à la fin de la Via Egnatia .
Ces 5 armées seront sous les ordres de Godefroy de Bouillon au départ de Constantinople le 1er Mai 1097.
Le 29 septembre 1096 Défaite des survivants de l’avant garde de pèlerins près de Civitot. Civitot est un campement militaire, situé à moins d’une journée de marche de Nicée, alors aux mains du sultan seldjûqide de Rum Kilij Arslan. Sensible aux conseils du basileus Alexis Ier, Pierre l'Ermite tente de convaincre les Croisés d'attendre les barons, mais il perd le contrôle de la foule qui, croyant que la foi seule suffit à remporter à la victoire, s'attaque aux territoires turcs tout proches. Ils seront presque tous massacrés.
Le 10 Octobre 1096 Les armées de Bohémond de Tarente (ou de Hauteville) quittent Bari (Italie) pour rejoindre les armées de la première Croisade à Constantinople.
Le 25 octobre 1096 Rencontre à Lucques entre Robert de Normandie, Robert de Flandre et Urbain II.
Le 23 décembre 1096 Arrivée de Godefroy de Bouillon à la tête des armées croisées à Constantinople.
Le 18 février 1097 Victoire de Bohémond (Normand) contre les impériaux et Byzantins à Zadar.
Le 01 avril 1097 Arrivée de Bohémond et ses armées à Constantinople.
Le 05 avril 1097 Arrivée de Robert de Flandre et Étienne de Blois à Brindisi.
Le 12 avril 1097 Prise de Roussa (Byzantine) par Raymond de Saint-Gilles.
Le 21 avril 1097 Arrivée de Raymond de Saint-Gilles à Constantinople.
Le 26 avril 1097 Arrivée de Robert de Normandie à Constantinople, ce qui porte le nombre des Croisés à plus de 300 000 hommes.
Le 30 avril 1097 Les barons prêtent serment à l'empereur Bizantin Alexis Ier.
Le 1er Mai 1097 les Croisés seront plus de 300 000 à traverser le Bosphore à Constantinople.
Le 06 mai 1097 Arrivée des premiers Croisés devant Nicée.
Le 10 Mai 1097 Prise de Tyr par les Fatimides.
Le 26 mai 1097 Les Croisés assiègent Nicée.
Le 19 juin 1097 Victoire des armées croisées sur l’armée de secours turque envoyée à Nicée. Pendant une semaine Godefroy soucieux d'économiser ses forces se contente de faire le blocus de la ville, il ne sait pas que dans son dos Alexis 1er négocie la reddition avec les Musulmans qui occupent Nicée. Dans la nuit du 25 au 26 juin les Byzantins entrent très discrétement dans la ville et scellent l'accord de la reddition.
Le 1097 26 juin Au petit matin alors que Godefroy va donner le signal de l'assaut final il constate que le drapeau d'Alexis 1er flotte sur les remparts de la ville. Ce sont les Byzantins qui lui ouvrent les portes de la ville et les croisés sont furieux d'avoir été roulés dans la farine à ce point par Alexis 1er, l'accord prévoit que les Musulmans sont autorisés à fuir. Les chefs croisés sont furieux contre ce fourbe d'Alexis 1er mais ce dernier leur accorde une partie des richesses de la ville. En fin de journée Nicée est restituée officiellement à l’empereur. Les croisés viennent de prendre leur première leçon sur l'art de faire la guerre à l'orientale ! Ils se souviendront longtemps de cette fourberie Byzantine, néanmoins comme ils ont d'autres préoccupations ils se remettent en marche en se félicitant d'avoir vaincu sans devoir combattre.
Le 01 juillet 1097 Victoire des Croisés à Dorylée contre les Turcs qui commencent à pratiquer la politique de la terre brûlée en s'enfuyant. Cette bataille consacrera la différence entre deux traditions de combat, différence qui perdurera tout le temps des Croisades, les Francs préfèrant la charge lourde de cavalerie, les Turcs le harcèlement par des archers montés.
Le 13 juillet 1097 Division des armées Croisées. Les premières grandes difficultés commencent pour les Croisés même s’ils ne rencontrent plus de réelle opposition militaire, c’est un nouveau monde qu’ils découvrent, auquel ils ne sont pas habitués. Chaleur, insuffisance des vivres, de l'eau, du fourrage, se font de plus en plus sentir et les terres désertiques d’Anatolie donnent un mauvais coup au moral des pèlerins la lègende voudrait que l'on en viennet à boire le sang des chevaux... Les tensions grandissent au sein de l’état-major croisé, le légat du pape n’ayant jamais pu imposer son autorité. Après deux nouveaux affrontements contre les Turcs à Iconium et Héraclée, les Croisés décident de se séparer en deux groupes en septembre 1097.
Le 05 Septembre 1097 Prise de Loadicée par Guynemer de Boulogne.
Le 22 Septembre 1097 Baudoin et Tancrède prennent Tarse mais ils se disputent juste après cette victoire car chacun a l’ambition de se tailler un fief. Baudouin se dirige alors vers Edesse où il abusera la confiance du vieux Thoros avant de créer un peu plus tard le comté d’Edesse. Tancrède, de son côté, prend Adana et Mamistra, sans toutefois pouvoir créer un véritable territoire à cause de sa rivalité avec Bohémond. Il est alors contraint de rejoindre l’armée principale devant Antioche où le siège de la ville commence.

siége d'Antioche en 1098 par les croisés


le 13 octobre 1097 Jonction des armées Croisées près d’Antioche.
le 20 octobre 1097 Arrivée des armées Croisées devant Antioche.
le 21 octobre 1097 Début du siège d’Antioche. Le gros de l'armée remonte vers Césarée pour éviter les portes de la Cilicie dès la fin octobre ils sont devant Antioche, que les Turcs ont pris à Byzance en 1085. Le reste de l’armée, menée par Tancrède et Baudouin de Boulogne, passe elle par la Cilicie.
le 10 novembre 1097 Bohémond s’empare de la forteresse de Harim.
le 12 novembre 1097 Baudoin rejoint l’armée de Godefroy de Bouillon.
le 15 novembre 1097 Baudoin quitte l’armée Croisée en direction de l’Arménie.
le 31 décembre 1097 Victoire de Robert de Flandre contre les Turcs à Al-Bara.
le 09 février 1098 Victoire de Bohémond contre les Turcs. Prise de Laodicée par des corsaires anglais pour le compte des Byzantins.
le 10 mars 1098 Prise d’Édesse par Baudouin de Boulogne.
le 19 mars 1098 Construction du fort « Château-Raymond » pour assiéger Antioche.
le 05 avril 1098 Prise d’une citadelle au sud d’Antioche par Tancrède.
le 04-26 mai 1098 Échecs des tentatives de reprise d’Édesse aux Croisés par les Turcs de Kurbuqa.
le 29 mai 1098 Les barons assiégeant Antioche se rangent sous les ordres de Bohémond. La ville est gouvernée par un émir seldjoukide, vassal de l’émir d’Alep. Le siège est long, difficile, les problèmes s’accumulent, les Turcs résistent, le ravitaillement se fait rare, il manque des machines de siège, pour couronner le tout il y a des désertions, et la rivalités entre barons bat son plein ... Il faut la complicité d’un chrétien converti à l’islam, un Arménien, pour pouvoir pénétrer dans la ville, Bohémond met le pied dans Antioche le 2 juin 1098, beaucoup de Turcs sont massacrés mais certains se sont retranchés dans la citadelle.
le 03 juin 1098 Antioche tombe aux mains des Francs qui sont aussitôt assiégés par les renforts turcs, arrivés un peu tardivement.
le 04 juin 1098 Victoire turque contre les Croisés près d’Antioche.
le 07 juin 1098 Les Croisés sont assiégés dans Antioche par les armées turques de Kurbuqa.
le 10 Juin 1098 Robert de Flandre abandonne la forteresse de la Mahomerie aux Turcs.
le 13 Juin 1098 Bohémond abandonne la forteresse de Malregard aux Turcs. La situation devient catastrophique : famine, maladies, dans ces conditions la libération du Saint Sépulcre ne semble plus être qu’un lointain souvenir !! C’est alors qu’opportunément est découverte la Sainte Lance dans la cathédrale d’Antioche : le moral remonte, les croisés font une sortie et profitent à leur tour des dissensions au sein du commandement Turc.
Le 28 juin 1098, la victoire Franque est définitive à Antioche. Le grand vainqueur est le Normand Bohémond de Tarente, qui revendique et obtient le gouvernement de la ville malgré l’opposition de Raymond de St-Gilles et surtout des Byzantins qui comptaient, comme promis, récupérer la cité. Rien ne va plus entre l’empereur et les barons Francs. Les Croisés, après un voyage long et éprouvant, désirent prendre plusieurs mois de repos avant de reprendre la route vers Jérusalem, en fin d'année. Les Francs sont divisés sur la stratégie à adopter. Certains pensent qu’il faut prendre successivement toute les villes côtières puis Jérusalem. Tancrède préfère opter pour la prise de la ville sainte et de mener la conquête des terres à partir de ce symbole .
le 03 juillet 1098 Échec du conseil des barons sur la question du contrôle d’Antioche.
le 26 août 1098 Les Fatimides s’emparent de Jérusalem.
le 08 novembre 1098 Désaccord entre Bohémond et Raymond de Saint-Gilles sur le contrôle d’Antioche.
Le 12 décembre 1098 Prise de Ma’arrat par les Croisés.
Le 10 décembre 1098 Révoltes anti-Francs violemment réprimées par Baudouin en Arménie.
Le 13 janvier 1099 Départ des armées du comte de Toulouse de Ma’arrat en direction de Jérusalem.
Le 23 janvier 1099 Prise de la forteresse de Kalaatel-Hosu (Kral) par les Croisés.
Le 17 février 1099 Prise de Tortose par des vassaux du comte de Toulouse.
Le 01 mars 1099 Bohémond délivre Guynemer de Boulogne capturé à Laodicée.
Le 14 mars 1099 Godefroy de Bouillon et Robert de Flandre rejoignent Raymond de Saint-Gilles assiégeant Arqa.
Le 10 avril 1099 Premier 'conseil des barons' sur la conduite des opérations vers Jérusalem.
Le 13 mai 1099 Raymond de Saint-Gilles lève le siège d’Arqua.
Le 06 juin 1099 Les armées croisées s’emparent de Bethléem.
Le 07 juin 1099 Les armées croisées arrivent devant Jérusalem, 20 000 Chrétiens en guenilles campent au pied des remparts.
Le 08 juillet 1099 Procession des Croisés autour de Jérusalem.
Le 14 juillet 1099 Échec du premier assaut contre Jérusalem.
Le 15 juillet 1099 Prise de Jérusalem par les croisés qui vont se livrer au pillage et au massacre de la population.

15 juillet 1099  Prise de Jérusalem par les croisés


Le 17 juillet 1099 Conseil de barons pour organiser l’élection d’un patriarche ou d’un roi.
Le 22 juillet 1099 Godefroy de Bouillon est élu avoué de Jérusalem.
Le 01 août 1099 Arnould Malcorne est élu patriarche de Jérusalem.
Le 04 août 1099 Débarquement des Fatimides à Ascalon.
Le 12 août 1099 Victoire des armées croisées à Ascalon contre les armées égyptiennes.
Le 21 décembre 1099 Pèlerinage de Bohémond et Baudoin à Jérusalem.
Le 26 décembre 1099 Arnould Malcorne, patriarche de Jérusalem est déposé.
Le 31 décembre 1099 Daimbert est élu patriarche de Jérusalem.
Le 28 avril 1100 Bulle du pape Pascal II appelant à la poursuite de la Croisade.
Le 10 Mai 1100 Campagne de Godefroy de Bouillon et Tancrède à l’est de Tibériade.
Le 10 juin 1100 Arrivée de la flotte Vénitienne à Jaffa.
Le 18 juillet 1100 Godefroy de Bouillon décède en revenant d'une expédition contre le sultan de Damas, les causes de sa mort sont incertaines : le chroniqueur Albert d'Aix veut qu'il ait été empoisonné après avoir mangé une pomme de cèdre que lui a offerte l'émir de Césarée au cours d'un repas. Le chroniqueur arabe Ibn al-Qalanisi évoque une flèche empoisonnée musulmane. Il se peut également qu'il meurt de fièvres, mal fréquent dans cette région touchée par des épidémies de peste. Apprenant la nouvelle, son frère cadet Baudouin abandonne Édesse et rentre à Jérusalem, il s'y fera couronner roi de Jérusalem le 25 décembre en la Basilique de la Nativité de Bethléem.
Le 15 août 1100 Bohémond de Tarente est fait prisonnier par les Turcs seldoukjides.
Le 20 août 1100 Tancrède s’empare de Caïffa (Haïfa).
Le 11 Septembre 1100 Départ d’une armée lombarde pour la Croisade.
Le 10 Novembre 1100 Arrivée de Baudouin de Boulogne à Jérusalem pour venger son frère Godefroy de Bouillon.
Du 15 Novembre au 23 Décembre 1100 Baudouin ménera des raids éclairs contre des factions musulmanes cachées dans les montagnes de Judée Sammarie et au-delà de la mer Morte. Sa rage sera telle qu'il poursuivra tous les musulmans armés jusque dans les caches les plus reculées, il ne laissera aucune chance aux factions repérées en les exterminant toutes.
Le 25 décembre, sa soif de vengeance étanchée Baudouin de Boulogne sera couronné premier roi de Jérusalem sous le nom de Baudouin 1 er de 1100 à sa mort le 2 avril 1118.

Prémices de la création de l'Ordre du Temple

C'est le roi de Jérusalem Baudouin 1er ( fils du comte Eustache II de Boulogne sur mer et ami de Geoffroy de Saint-Omer ) qui demanda dès 1102 à Geoffroy de Saint-Omer de créer une milice destinée à protéger les nouveaux états latins d'orient. Geoffroy de Saint-Omer avec ses fidèles chevaliers de la première heure, mit en place une structure militaire dans tous les états latins , pendant 14 années il travailla à la réussite de ce projet et en 1116 cette milice des pauvres chevaliers du Christ fut opérationnelle de Byzance à Akaba ( en passant par Antioche Tripoli Acre Jérusalem Gaza ).

Activités de l'Ordre du Temple

Cette milice fondée par Geoffroy de Saint-Omer est officialisée en janvier 1118 par Baudouin 1er. Bernard de Clairvaux approuvera cette décision et la soutiendra auprès du Pape Gélase II. L'Ordre sera finalement reconnu officiellement par le pape Honorius II au concile de Troyes en 1129 sous le nom d'Ordre du Temple et à cette époque les chefs reconus étaient : Geoffroy de Saint-Omer et Hugues de Payns . Ce nouveau nom rendait hommage à ces hommes qui avaient habité plusieurs années dans le dôme du rocher lui même bati sur les fondations du temple du roi Salomon. Plus secrétement ce nom rendait surtout hommage à ces croisés qui avaient fait des fouilles pendant plus de dix années dans les fondations du temple du roi Salomon.

Pour connaitre un peu mieux Geoffroy de Saint-Omer : cliquez ICI
Pour connaitre un peu mieux Hugues de Payns : cliquez ICI.

Ces chevaliers de l'Ordre du Temple participeront à toutes les batailles dans les états latins, Ba-rin en 1137, Inab en 1149, Ascalon en 1153, Gué de Jacob en 1157, Harenc en 1165, Montgisard en 1177, Harim en 1178, Marj Ayoun en 1179, Alep en 1183, Mossoul en 1186, Hattin en 1187, Jérusalem en 1187, Arsouf-1191, Mansourah en 1250, Aïn Djalout en 1260, Antioche en 1268, Tunis en 1270, Saint Jean d'Acre en 1291.

En 1187 les Musulmans reprennent Jérusalem aux Chrétiens, c'est le début de la fin pour les Templiers

En 1187 les musulmans reprendront Jérusalem et une partie des états latins, les Templiers dans ces états résisteront encore tant bien que mal à la marée musulmane ( de trèves en trèves toujours plus humiliantes ) jusqu'en 1291. Il convient toutefois de noter que dès 1250 les rois occidentaux feront le constat que les états latins sont trop éloignés pour etre défendus correctement, et que les moyens financiers et humains qu'ils devraient mettre en oeuvre pour péréniser ces états latins sont au dessus de leurs moyens. Dès lors, ces Seigneurs et Rois européens prendront la décision de limiter leurs participations au strict minimum condamnant par là même la présence Chrétienne au Proche Orient. Donc, pendant deux siècles les croisés créeront les Etats Latins au proche orient, et les Templiers défendront ces Etats jusqu'en 1291, ou défaits par les Musulmans à Acre et abandonnés de tous les Rois Occidentaux, ils se replieront sur Chypre pour certains, en France en Angleterre en Ecosse en Aragon en Castille en Autriche en Bohème en Hongrie en Moldavie en Bulgarie au Portugal en Bavière en Savoie en Thuringe en Lituanie en Mazovie en Frise et dans le Saint Empire Germanique pour les autres.

1291, fin de l'aventure Templière en Orient

Après la défaite de Saint Jean d'Acre en 1291, les Templiers rescapés rentrent dans leurs royaumes respectifs. Dès leur retour en France ces Templiers nombreux et très riches ( leurs commanderies rapportent beaucoup surtout qu'il n'y a plus à soutenir l'effort de guerre à l'étranger ! ) vont amasser un trésor fabuleux, de 1292 à 1305 les coffres du trésor de l'Ordre se remplissent . Dès 1293 les Templiers sont jalousés par le roi, et, détestés par l'église qui n'a aucun pouvoir sur eux. Le roi de France prend peur face à cet Ordre du Temple très puissant (en hommes et en commanderies). Il décide donc de monter une machination contre l'Ordre du Temple pour l'anéantir et s'approprier leurs biens. Dès 1295 Jacques de Molay qui a compris que les Rois Occidentaux ne repartiraient plus en Croisade ( ces derniers jugeant que les états latins trop éloignés pour les défendre correctement face aux Musulmans trop nombreux, sont définitivement perdus ) se tourne vers les Mongols pour trouver un accord de Croisade afin de reprendre les Etats Latins. Mais à partir de l'an 1300 les menaces qui pésent sur l'Ordre du Temple se précisent, et en 1305 Jacques de Molay estime que la Croisade peut attendre et se consacre à la défense de l'Ordre attaqué de toutes parts. Ce travail de sape ordonné par le Roi Philippe IV le Bel et mis en oeuvre par le clergé Français dès l'an 1300 prend une tournure inquiétante, à cette date le Grand Maitre veut encore croire que le Roi ne défiera jamais le Pape, erreur fatale !

En 1305 Philippe le Bel fait élire son Pape : Clément V

En 1305 Philippe IV le Bel fait élire son Pape "Clément V" et dès lors le Roi pésera de tout son poids sur le malheureux Pape malade et impuissant à sauver l'Ordre du Temple. En 1305 Jacques de Molay comprend mais trop tard, qu'avec l'élection d'un Pape Français, le piège vient de se refermer sur l'Ordre du Temple. Le nouveau Pape mis au pied du mur n'eut d'autre choix que 'la défense des Templiers ou l'éclatement de l'église Catholique' (en effet comme le roi d'Angleterre pour une autre raison, Philippe IV le Bel menaçait de quitter l'église si le vatican ne lui donnait pas raison vis à vis des Templiers). De guerre lasse Clément V choisira de conserver son église intacte ( avec la France dans son giron ) et abandonnera les Templiers aux prétentions du Roi Philippe le Bel .

Jaloux de l'Ordre du Temple, le clergé Franc sera l'exécuteur des basses oeuvres

Le 13 octobre 1307 , le roi de France Philippe le Bel fait arrêter tous les templiers de son royaume, les accusant d’hérésie et d'idolatrie. Ils seront torturés emprisonnés, certains subiront les pires privations pendant 7 années.
En mars 1312, le concile de Vienne réuni par le pape Clément V supprime l’Ordre du Temple sans le condamner. Des buchers géants seront légion en France pendant toutes ces années, et les Templiersseront brulés vifs par centaines, par milliers. Certains avoueront des fautes sous la torture mais la plus part mourront de leurs sévices sans avoir avoué ! Le 18 mars 1314 Jacques de Molay et Geoffroy de Charnay sont les derniers à être brulés vifs sur l'ile aux Juifs à Paris. Ainsi disparaissait l'Ordre le plus prestigieux que la France eut jamais connu. Les Templiers avaient failli à leur mission initiale, et en revenant au bercail ils devenaient un danger pour les puissants. Jacques de Molay n'a pas su comprendre cela, il aurait du de suite accepter la proposition de fusion avec les Hospitaliers quand il en était encore temps! Jacques de Molay était un grand chef de guerre mais un piètre politique, il n'avait pas vu à son retour en France que les roues de l'histoire avaient tourné, les rois reignaient autrement, les intrigues avaient remplacé les duels, les engagements même signés n'étaient plus respectés. Le peuple qui autrefois adorait les Templiers tant qu'ils luttaient contre les Musulmans pour défendre les Etats Latins, se détournait peu à peu de ces hommes immensément riches alors que selon leur règle ils ne devaient rien posséder en propre ! Les Templiers finirent abandonnés de tous sans jamais avoir démérité (en effet leur débacle des Etats Latins était surtout imputable au manque d'engagement des seigneurs occidentaux qui n'envoyérent plus de reléve dès l'an 1250, obligeant les Templiers à se battre à 1 contre 10 lors de la chute de Saint Jean d'Acre en 1291).

'In fine' l'Ordre du Temple était-il coupable ou non coupable ?

La réponse est aujourd’hui donnée par les historiens, c'est non coupable.
Mais alors pourquoi ce procès inouï ?
C’est du côté du Roi et de sa politique religieuse qu’il faut en chercher les raisons. L’affaire de l'Ordre du Temple s’inscrit dans le prolongement du violent conflit qui a opposé le roi de France au pape Boniface VIII, notamment en 1302-1303 avec l’attentat d’Anagni . C’est le roi de France qui, au mépris de tout droit, a lancé l’affaire du Temple. Suivront ensuite les tentatives désespérées du pape Clément V pour reprendre la main dans le dossier de l'Ordre du Temple. Puis enfin, le dénouement de cette affaire, le pape "Clément V" préférant sacrifier l'Ordre du Temple et conserver le royaume Franc dans le giron de l'église Catholique.
Cette triste histoire en rappelle bien d'autres qui ont jalonnées l'histoire de l'humanité, elle révéle qu'un groupe d'influence ne doit jamais faire d'ombre au dirigeant d'un pays, sous peine d'en payer à terme le prix fort !




L'Ordre du Temple existe t-il encore au XXI ème siècle ?

En navigant sur le net vous avez tous constaté qu'il existe des dizaines de pseudos ordres Templiers plus ou moins sérieux, avec cependant un dénominateur commmun "le secret entourant les templiers" ! Tous véhiculent la même légende concernant les 9 créateurs du Temple, ainsi que celles concernant le sceau Templier, ou le Baphomet.
L'immense majorité de ces ordres issus du Templarisme et de la volonté d'un homme Raymond Fabré-Palaprat qui toute sa vie durant s'est appuyé sur la Charte Larménius, se déclare Chrétienne, néanmoins quand nous lisons leurs professions de foi sur le web nous nous appercevons très vite qu'elles comportent de graves lacunes dans l'expression de leurs connaissances de base. Pour ne citer qu'un exemple, ces ordres font constamment référence aux écrits et évangiles apocryphes ainsi qu'à Marie Madeleine, ce qui est contraire au dogme de la Chrétienté retenu en l'an 382 au concile de Rome.
D'autres ordres enfin pratiquent des rituels issus de dérives ésotériques délirantes apparues dans les années 1950 avec le Néo-Templarisme ( Da Vinci Code, Prieuré de Sion, Mérovingiens, Rose line, Druides, Rennes le Château, Amus, Jomsvikings, etc ) .

※ ※ ※ ※ ※ ※ ※ ※ ※ ※ ※ ※ ※ ※ ※ ※ ※ ※

Alain Demurger et Laurent Dailliez sont deux sommités de l'histoire médiévale Française, et leurs ouvrages sur les Templiers font référence dans le monde. Je vous livre ci-dessous la synthèse de leurs travaux basés uniquement sur les faits, très loin des élucubrations romancières qui sont pourtant monaie courante dans la littérature Templière.
Voici la synthèse de l'historien Alain Demurger :
l'Ordre du Temple n'est pas une secte ésotérique ancêtre de la Franc-maçonnerie. L'Ordre du Temple n'est pas non plus à l'origine d'un quelconque syncrétisme avec l'Islam, la secte des Assassins ou les Cathares ! Légendes ( dans le meilleur des cas ), élucubrations, et dérives ésotériques délirantes en tout genre alimentent un sottisier inépuisable qui à peu à voir avec la véritable histoire des Templiers.
L'Ordre du Temple est seulement un Ordre ❎ religieux et militaire, le premier du genre et qui a servi de modèle à tous les autres. Le Templier fait voeux de chasteté d'obéissance et de pauvreté, il vit selon une règle. L'Ordre du Temple est un produit de son temps : issu de l'essor de l'Occident, de la réforme féodale et de la réforme Grégorienne.

※ ※ ※ ※ ※ ※ ※ ※ ※ ※ ※ ※ ※ ※ ※ ※ ※ ※

Chez nous ( Ordre Souverain du Temple ), contrairement à tous les "Pseudos Ordres" qui fleurissent sur la toile, pas de dérives ésotériques délirantes, nous travaillons sur le factuel, et respectons la règle Catholique de saint Bernard , en honorant la mèmoire de nos glorieux anciens.
Chez nous vous entendrez des prières comme le "je vous salue Marie" et le "Notre Père", vous écouterez les chants Templiers tels que le "Salve Regina" ou le "Da Pacem Domine" .
Pour intégrer l'OST il faut véritablement être Chrétien.
templier de nos jours L'intégration à une Commanderie s'opére souvent par parrainage d'un Chevalier, néanmoins l'esprit chevaleresque étant ouvert au monde extérieur, toute personne peut proposer spontanément sa candidature. Les statuts permettent aux femmes, qui sont reçues au même titre et dans les mêmes conditions que les hommes, de devenir TEMPLIERS. Notre monde moderne a intégré l'égalité des sexes depuis plusieurs décennies, l'Ordre du Temple n'est donc pas précurseur en ce domaine.
Il vous faudra cependant franchir certaines étapes pour nous rejoindre, car le postulant doit être armé moralement et avoir l'envie de se perfectionner sans cesse. Ceci demande une certaine motivation et un travail sur soi-même. Avant de devenir "Chevalier" il vous faudra chasser le naturel qui revient souvent au galop !! Un Templier, doit être curieux et avoir envie d'apprendre. Dans un premier temps, vous serez invité à un Chapitre de la Commanderie afin de mieux faire connaissance. Le but de ces échanges est de nous assurer que notre commanderie correspond bien à vos aspirations. Il est inutile de vous rappeler que le postulant doit etre irréprochable vis à vis de la société et avoir un casier judiciaire vierge, c'est le seul obstacle que la commanderie érige, pour conserver son intégrité. Apres étude rapide et si, notre décision est positive, et, si votre désir est toujours intact, vous serez accueilli comme Novice et revêtu de la Robe de Bure marron, au cours d'une cérémonie rituelle de réception.
Après environ une année durant laquelle vous assisterez à des réunions « d'éveil », ainsi qu'à nos réunions de Chapitres, vous pourrez être élevé au grade de Sergent et porter la Chlamyde noire et l'épée.
Après une seconde année durant laquelle vous continuerez à assister à des réunions « d'essor », ainsi qu'à nos réunions de Chapitres, vous pourrez être armés Chevalier Templier et porter alors le manteau blanc.

Le temps prévu dans chacun des deux degrés n'est pas figé. En effet, le temps est qualitatif, en fonction des besoins et réalisations de chacun. Pour connaitre mieux l'Ordre Souverain du Temple cliquez ICI. C'est en ce sens que les travaux et études ont pour but de permettre à chaque membre d'accéder à une meilleure prise de conscience du monde qui les entoure et d'eux même.

Notre Commanderie n'est pas une secte ni un parti politique, elle s'évertue à poursuivre le travail accompli par les Templiers ces moines soldats catholiques .

Vous en savez un peu plus maintenant, et si vous étes toujours décidé, contactez nous ICI.


retour en haut de page consacrée à l'Ordre du Temple