✠ Templiers : La Secte des Assassins حشاشين, un Ordre Musulman confidentiel très bien structuré


Communauté des Assassins, encore appelés Nizârites. Les Assassins collaborèrent quelques fois avec les templiers afin de combattre les musulmans sunnites. Adeptes de l'ismaélisme en Perse, cette petite communauté chiite était très minoritaire dans des régions gouvernées par des vizirs sunnites.


La Secte des assassins

Les Assassins (en arabe : حشاشين, Hashshashin) est le nom donné aux Nizârites, entre le XI ème siècle et le XIII ème siècle. C'est une secte fondée en 1090 par Hassân as-Sabbah. Adeptes de l'ismaélisme en Perse, c'est une communauté chiite minoritaire dans une région sous la tutelle de vizirs sunnites. Sous la direction de leur chef charismatique Hassan-i Sabbâh, parfois surnommé « le Vieux de la Montagne », les ismaéliens prennent le contrôle du fort d'Alamût en 1090 et étendent leur influence en Iran ainsi qu'en Syrie. On les appela Hachâchîne, parce qu’ils consommaient du haschich. Ils vivaient dans un repaire, véritable ' nid d’aigle ' en la forteresse d’Alamut, dans une zone montagneuse quasi-inaccessible située près de la mer caspienne (situé en Iran de nos jours).

Une société discrète dont les adeptes obéissaient aveuglément aux ordres du Vieux de la Montagne

Les Assassins formaient une société hiérarchisée, à leur tête, le Grand Maître vénéré ( encore appellé vieux de la montagne ) et au bas de la pyramide, le novice. Les adeptes sont classés selon leur niveau d’endoctrinement, selon leur capacité à tuer de sang-froid et selon leur aptitude à garder le secret.
Leurs ennemis jurés sont d’abord les Turcs seldjoukides ( partisans d’un sunnisme intégral ) qui mirent fin au Chiisme iranien pour contrôler l’empire Abbasside. Ils tenteront également d'assassiner à plusieurs reprises le grand Saladin qui mit fin à la dynastie Fatimide. Hassan es-Sabbah, après avoir été le Grand Maître, ou le « Vieux de la Montagne » (Cheikh al-Djabal) est devenu après sa mort le chef spirituel absent de tous les Assassins. Ses successeurs ont pris le même titre de Grand Maître ou le « Vieux de la Montagne ». Les da’is (propagandistes) viennent juste en dessous ils sont chargés de l’enseignement de la doctrine ismaélienne et du recrutement de nouveaux adeptes.
Les rafiq sont ceux qui commandent les forteresses et dirigent l'organisation de l'ordre. Les mujib ou mourîd sont des novices qui suivent l'éducation ismaélienne, des enfants convertis ou pris aux paysans alentour, appelés à gravir les échelons de l’organisation. Mais le bras armé et l’instrument de terreur par excellence est formé par les exécutants d’élite dits fidaïs ( ceux qui se sacrifient ), des novices fanatisés et préparés à mourir pour la mission que leur confie le Grand Maître. Les Nizârites ont été redoutés par les Croisés qui les appelaient ' Assassins ' même si ces derniers étaient relativement peu nombreux. les Nizârites compensaient leur faible nombre par la qualité de leurs combattants ( connus pour consommer du haschich avant de partir au combat ou accomplir leur mission ), ils ont mené à bien l'espionnage et les assassinats d'ennemis importants ( califes, vizirs, sultans et chefs croisés ).

Cette armée de l'ombre, comme l'Ordre du Temple ne perdurera que deux siècles

Il convient de noter que cet Ordre contemporain des Templiers, perdura comme celui des Templiers moins de 2 siècles, qu'il avait la même structure organisationnelle et que les Templiers se sont même alliés avec les Nizârites à plusieurs reprises pour combattre les Seldjoukides.
L'État ismaélien d'Alamût prendra fin en 1256 avec l'invasion des Mongols dirigée par le conquérant Houlagou Khan. Rukn ad-Dîn Khurshâh sera assassiné au cours de cette invasion en 1255. L'ismaélisme nizârien se perpétuera en Perse caché sous le manteau du soufisme, puis, une émigration partielle vers l'Inde s'amorcera. Une autre partie des nizâriens préfèrera rester sur place, puis migrer vers l'ouest.

Source:
Bernard Lewis professeur émérite d'études du Proche-Orient à l'Université de Princeton, a décrit les Assassins comme une secte radicale de l'islam - les arabes dans l'histoire 2011 -.


retour en haut de la page  consacrée aux Assassins