❃ Célébrités : Richard coeur de Lion, fils d'Aliénor d'Aquitaine, un roi intrépide mort au combat

Richard Cœur de Lion, fils ainé d'Aliénor d'Aquitaine, un brave au combat, respecté par ses hommes


Richard Cœur de Lion fils du duc de Normandie et roi d'Angleterre Henri II Plantagenêt et de la duchesse reine Aliénor d'Aquitaine. Il est élevé à la cour de Poitiers, ou s'épanouit un nouvel art de vivre fondé sur l'amour courtois. Aujourd'hui encore, son nom recouvre l'image d'un prince empli de bravoure, meneur d'hommes dans de grands combats, payant de sa personne pour défendre le droit contre l'iniquité au risque d'y perdre la vie. C'est ainsi que le dépeint l'histoire. Les historiens ont néanmoins apporté leurs critiques, mais son image est restée étincelante dans la mémoire populaire, d'autant que des personnages extraordinaires l'ont glorifié, comme le fameux Robin des Bois, qui par fidélité à son roi mènera la résistance interne contre les usurpateurs du pouvoir royal.


Un prince très ambitieux et très courageux

Lors de l'hommage que rend Henri II au roi de France Louis VII en 1169, le prince y est présenté comme futur détenteur de l'Aquitaine, alors qu'à son frère aîné, Henri le Jeune, reviendront l'Angleterre, la Normandie et les fiefs des Plantagenêts, l'Anjou et le Maine. A partir de 1171, Aliénor, sa mère, le présente comme son héritier aux barons aquitains, mais la dévolution du pouvoir est fictive et, comme Henri II s'en réserve la jouissance, la reine et ses fils se révoltent contre lui. La rébellion échoue, et Richard en tire la leçon, il se réconcilie avec son père qui le charge de mettre à la raison les seigneurs aquitains entre 1174 à 1183. Avec la mort de son frère Henri le Jeune, il revendique la succession des fiefs du défunt et la succession au trône d'Angleterre. Henri II refuse, Richard noue alors une alliance avec le roi de France Philippe Auguste. Tous deux attaquent Henri II et ce dernier est contraint à se réfugier à Chinon, où le vieux roi décède le 6 juillet 1189.

Un roi téméraire, impétueux et trop courageux !

C'est donc au terme d'un drame familial que Richard devient roi à trente-deux ans. De 1189 à 1199, il va sera au premier plan de la scène internationale. Le sultan Saladin a occupé presque toutes les places du royaume de Jérusalem après le désastre subi par les Chrétiens à Hâttin en 1187. Richard relève le défit, et part avec le roi de France à la tête d'une nouvelle croisade pour reconquérir la Terre sainte.

Après un hivernage en Sicile où il règle la situation de sa sœur Jeanne, veuve du roi Guillaume II, Richard reprend la mer et s'empare de Chypre qui demeurera un royaume chrétien pendant plusieurs siècles. Ayant à trouvé le temps d'épouser la princesse Bérengère de Navarre que sa mère lui avait présenté, il rejoint le roi de France devant Saint-Jean d'Acre. Le siège, qui s'enlisait depuis longtemps avec le roi de France, se termine alors rapidement en juillet 1191. Malgré la défection de Philippe Auguste qui l'abandonne pour rejoindre son royaume, Richard engage ses forces contre Saladin et les victoires se succèdent. Mais, incapable de reprendre Jérusalem, le roi préfère traiter avec Saladin qui consent à laisser un droit de pèlerinage des chrétiens dans la ville sainte.

Une fin peu originale pour un roi qui prenait tous les risques au combat

Suite à la grande fourberie du roi de France, Richard veut rentrer au plus vite pour mettre fin à la collaboration de son frère Jean avec Philippe Auguste, qui a commencé à s'emparer de ses fiefs. Mais le destin en décide autrement, détourné vers l'Adriatique par le mauvais temps, il débarque en Dalmatie et doit passer par l'Autriche pour regagner la France puis l'Angleterre. Pressé comme d'habitude il part en avant garde de ses troupes, et il est capturé, alors qu'il est en Autriche, par l'archiduc Léopold. Remis à l'empereur Henri VI Hohenstaufen, son ennemi juré, il restera captif de 1192 à 1194.

Libéré grâce à sa mère moyennant une rançon exorbitante, il entreprend de se vanger de Philippe Auguste. Il reprend des châteaux, entreprend la construction de nouvelles places fortes, notamment le célèbre Château-Gaillard aux portes de la Normandie.
Richard qui a la rancune tenace, décide ensuite de se vanger d'un de ses vassaux, le vicomte Aimard V de Limoges passé à l'ennemi, et pour ce faire, il assiège son château de Châlus. Sa rancune est telle, contre ceux qui ont profité de son absence pour le spolier qu'il sera en tête de tous les assauts. C'est lors d'un assaut contre ce château qu'il est mortellement blessé, il décédera le 6 avril 1199. Son corps est inhumé dans l'abbaye de Fontevraud et son cœur est ramené à Rouen.


retour en haut de la page consacrée a Richard Cœur de Lion